Avant j’avais des principes …

« Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants ». Tu connais sûrement ce dicton. Il m’a toujours dérangée car je n’arrive pas à savoir s’il est totalement faux ou génial ? Je regarde ça de plus près aujourd’hui.

Quand j’entends un parent dire « avant j’avais des principes… », il n’a en général pas le temps de finir la phrase que déjà je me pose des questions. Il est toujours intéressant de regarder de plus près les choses qui paraissent évidentes au premier regard. Un dicton est parfait pour ça :-). J’en entends déjà : « Oh c’est bon, c’est de l’humour », mais regardons de plus près ce que ça nous dit réellement…

D’un côté, un message négatif …

Dans le sens commun, ce dicton porte un message négatif, certes avec humour : le parent épuisé et dépassé cède aux caprices de son enfant, face à ses crises, cris et pleurs, car il en a assez de lutter et d’essayer de s’imposer. L’enfant l’amènerait donc à renoncer à ses principes, c’est-à-dire en partie à lui-même. Cette manière de voir les choses me pose un problème parce qu’ici on fait porter à l’enfant la responsabilité d’un problème (renoncer à des principes) qui appartient en fait à l’adulte. Et ça, forcément, ce n’est pas acceptable, car il serait préférable de reconnaître nos responsabilités et non pas les reporter sur les autres.

D’un autre côté, du positif !

Dans un autre sens, je trouve ce dicton génial (on a tous des paradoxes en nous !). C’est formidable qu’un enfant nous amène à chambouler nos principes, à les regarder et à les reconsidérer ! Et pour ça, je leur dis merci.

Le problème des principes

Qu’est-ce qu’un principe ? Il est relativement difficile de le définir précisément (on parle aussi de code moral, de principe moral, etc.). Il peut s’agir de règles que l’on se donne à soi-même, ou de règles transmises par notre éducation, nos expériences, l’État, etc. Les principes ne découlent donc pas nécessairement de nos valeurs personnelles.

Et le problème est doublement là. D’une part, les valeurs peuvent évoluer au cours d’une vie, et les principes devraient donc également changer et suivre nos valeurs. Ils ne doivent pas être immuables. Mais il est nécessaire de regarder en soi et de chercher quelles sont nos valeurs profondes. Sans cet effort, nous risquons de laisser des principes obsolètes régir notre vie. D’autre part, hériter de principes d’autrui ne devrait pas dire de les intégrer systématiquement tels quels à notre vie : ils ne sont pas une vérité universelle, et une personne « avec des principes » n’est pas forcément une meilleure personne.

Chercher le bien-fondé des règles

Si ton enfant te demande « pourquoi je dois faire (ne pas faire) ça ? » et que tu lui réponds « c’est comme ça et pas autrement » , « c’est une question de principe » : ce n’est clairement pas une réponse, et il ne la comprendra pas (à juste titre). On voit bien dans ce cas qu’on se cache derrière une règle dont on ne maîtrise pas le bien-fondé. Toutes les fois où tu ne réussis pas à expliquer clairement quelque chose à ton enfant, c’est que ce n’est pas clair pour toi non plus. Mieux vaut de toute urgence chercher une vraie réponse !

Les principes positifs

A noter toutefois qu’il existe des principes positifs, et après y avoir réfléchi et les avoir regardé à la lumière de nos valeurs, on peut les intégrer à notre quotidien pour une vie meilleure et plus facile : être positif, croire en soi, s’entourer de personnes qui nous inspirent… Tous les principes ne sont pas à jeter, ils peuvent être utiles et servir à améliorer notre quotidien.

Au final …

Alors, plutôt que de culpabiliser les enfants de nous faire renoncer à nos principes, je voudrais au contraire les encourager à les remettre en question, nous apprendrons à mieux nous connaître nous-même et à vivre plus en harmonie avec nos valeurs profondes !

Et toi, tu en penses quoi de ce dicton ? A quels principes as-tu renoncé (ou pas) grâce à tes enfants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :