Les couches lavables en pratique

La couche lavable a le vent en poupe depuis plusieurs années, et c’est tant mieux ! De la naissance à la continence (vers 3 ans), un enfant utilise entre 4000 et 5000 couches, ce qui représente, dans le cas des couches jetables, une dépense d’environ 1500€ et des déchets très difficilement biodégradables. Les couches lavables offrent une excellente alternative, tant du point de vue environnemental, qu’économique et sanitaire. Le marché des couches lavables est très florissant, l’offre est astronomique et de véritables collectionneurs de couches voient le jour. C’est très éloigné de la façon dont je vois les choses. Pour moi, les couches lavables doivent être simples d’acquisition et d’utilisation et pas un objet de puériculture de convoitise, il y en a suffisamment. La présentation que je t’en fais dans cet article a pour but d’y voir plus clair et de comprendre le principe de base du fonctionnement. Avec ça, tu pourras t’y retrouver, peu importe la marque que tu choisis. Je ne vais pas débattre des marques. Je vais par contre te dire pourquoi et comment j’ai décidé de passer aux couches lavables, comment on les utilise au quotidien, et de quel matériel tu auras besoin.

Du jetable au lavable : une prise de conscience écolo

A la naissance de mon aînée, en 2015, je ne pensais jamais utiliser des couches lavables (CL). La contrainte liée à leur entretien et l’idée même de les laver avec mon linge quotidien me rebutait, sans parler de gérer « manuellement » les selles. Au bout de quelques mois cependant, une autre chose me rebutait bien plus encore : jeter tous les jours des couches ! 8 par jour ! Alors que dans les autres domaines, je minimisais les déchets, il m’est rapidement devenu insupportable (oui) d’acheter des couches pour les jeter ensuite, peu importe qu’elles soient « écolo » ou pas.

Le passage à l’acte

J’ai d’abord regardé un peu sur internet ce qu’il y avait (comme tout le monde), et devant la montagne d’informations, de modèles et de marques différentes, j’ai eu un peu peur, et j’ai joué la sécurité en suivant les recommandations d’amis, et j’ai acheté un lot de Te2 de la marque B’bies (si tu ne sais pas ce qu’une Te2 est, lis la suite !). Au fil du temps, et des fuites, je me suis appropriée l’objet. Car oui, il faut un certain temps d’adaptation. Mais ce n’est pas si compliqué lorsqu’on a compris comment ça fonctionne et à quoi chaque élément sert.

Dans le détail : les modèles

  • D’abord il existe des Te1 (Tout en 1) qui sont l’équivalent des couches jetables : à chaque change, on met la couche à laver plutôt qu’à la poubelle. Il faut donc prévoir un grand nombre de couches Te1 (environ une trentaine)
  • Les Te2, celles que j’utilise. Les différentes parties sont séparables. Une seule partie se lave et l’autre peut être réutilisée plusieurs fois (environ 3 fois). Ça limite le nombre de couches à acheter (environ une quinzaine) ainsi que les lessives à faire.
  • Les Te3, ou hybrides, que j’utilise également. Encore plus « séparables » que les Te2, elles permettent vraiment de laver ce qui doit l’être et de réutiliser le reste.

A quoi ça ressemble

Le monde des CL est très riche, et peut paraître un peu compliqué. C’est en partie parce qu’elles sont en vogue et que de nombreux fabricants se sont engouffrés dans la niche, et c’est tant mieux, mais le résultat est un foisonnement de marques et de modèles avec plein de noms différents, des couleurs, des tailles différentes selon les marques… C’est difficile de faire le tri de tout cela. Ce que je te conseille, c’est d’en revenir au basique, comme toujours, et de ne pas te stresser : à part quelques détails, elles offrent toutes la même qualité de service, et la même absorption.

En général, tu vas trouver 4 éléments dans une CL : 1) une culotte imperméable, 2) une couche absorbante, 3) un insert, 4) un voile jetable

1) Culotte imperméable

  • Matière : PUL (polyester enduit de polyuréthane), laine (sèche vite, élimine les odeurs en l’aérant, naturellement imperméable…)…
  • Système de fermeture : boutons pression ou velcros
  • Taille : existe en « évolutif » (de la naissance à la continence, elle est très réglable), ou en tailles S, M, L, à changer à mesure que l’enfant grandit.
  • Parfois on l’appelle « sur-couche », voire « couche ». Peu importe son nom, il s’agit de la partie extérieure, imperméable.

2) Couche absorbante

  • Se met dans la culotte imperméable : se fixe par des boutons pressions, s’insère dans un « hamac », se pose dans la culotte…
  • Différentes matières aux propriétés d’absorption spécifique : coton, bambou et chanvre sont très absorbants. La microfibre donne un effet « fesses au sec » mais absorbe assez peu.
  • Note : parfois on l’appelle « insert ». Dans ce cas, il s’agit de l’insert principal, en général assez gros (et à plier). Rien à voir avec les booster (voir après) (ça se complique ?)
  • On peut aussi utiliser simplement des langes (carrés de 80×80 en mousseline de coton, qui servent un peu à tout : bavoir, protection anti-régurgitation, emmaillotage…), il suffit de savoir les plier

3) Insert

  • Aussi appelé booster
  • Facultatifs en théorie mais indispensables en pratique. La seule couche absorbante ne suffit pas toujours, on y ajoute donc une (ou plusieurs) épaisseurs : l’insert.
  • Ils servent à « booster » l’absorption. On les utilise donc principalement la nuit, ou en promenade, ou encore quand l’enfant grandit et que les urines sont plus importantes.
  • Là aussi, on peut jouer avec les matières en fonction de l’absorption souhaitée (le chanvre absorbe un max), l’effet « fesses au sec » (microfibre polaire)
  • On joue aussi avec des pliages différents
  • Attention cependant, plus tu ajoutes des inserts, et plus la couche prend du volume
En dessous posé sur la table : lange en mousseline de coton
Au dessus, en haut à gauche : Insert à plier, en haut à droite : voile en polaire effet au sec
Au milieu : insert en chanvre (idéal pour la nuit)
En bas : insert ou booster pour la journée

4) Voile jetable (dans les toilettes)

  • Un voile jetable pour récupérer les selles. S’il n’y a que de l’urine, il est lavable en machine.S’il y a des selles, on peut le jeter (dans les toilettes)
  • Très pratique en cas de selles car les absorbants ne sont ainsi pas tâchés

L’entretien

Une des clés du succès de l’utilisation des CL réside dans un bon stockage et lavage.

  • Privilégie une lessive écolo, sans glycérine ajoutée (exit le savon de marseille).
  • N’utilise pas de balles de lavage, ni d’adoucissant.
  • Les extérieurs sont à laver sur 40° (jamais de sèche-linge, la chaleur leur ôte leur imperméabilité) et les inserts et couches absorbantes sur 60° et supportent le sèche-linge. Les langes en mousseline de coton peuvent même se laver à 90°. Perso je lave tout sur 40°.
  • Fuites, odeurs et/ou érythème fessier : fais un « décrassage » des insert et des couches. Pour cela, les laver sur 60° sans lessive. Cela enlève le savon résiduel des couches. Un absorbant encrassé n’absorbe plus. Un test simple : prends un absorbant ou un insert propre et passe un mince filet d’eau dessus, tu vas très vite voir s’il absorbe encore ou si l’eau le transperce instantanément.

Combien de couches ?

En Te2 ou Te3, pour 2 enfants, j’utilise 12 culottes de protection imperméables, 15 couches absorbantes et 6 langes, 14 inserts (booster). Je fais une lessive tous les 2 jours (parfois une par jour) et je lave les couches avec mon linge normal. Je pourrais en posséder moins, mais comme ça, j’ai toujours du stock. De plus, j’en prévois un peu plus car la nounou accepte de les utiliser, mais elle les utilise en Te1 (c’est-à-dire qu’elle met tout dans le sac de linge sale, je ne lui demande pas de faire le tri). En balade et en vacances, j’utilise presque toujours des couches jetables, pour des raisons pratiques. Quand je n’avais qu’un enfant, j’utilisais du 100 % lavables. Avec 2 enfants, nop ! Dernier point : j’ai toujours des couches jetables à la maison, car (1) le papa a perdu la motivation avec le lavable et utilise le jetable, (2) ma grande fille utilise souvent du jetable car elles s’enfilent comme des culottes, c’est plus pratique pour elle.

Pour terminer, je te donne mes conseils, après 3 ans d’utilisation, d’échec, de fuites, et de réussites !

  • Les premières semaines, pas la peine de se prendre la tête avec du lavable. Si c’est ton 1er enfant, tu auras autre chose à penser que te demander si la couche est bien mise. Si c’est un 2ème ou plus, tu auras autre chose à faire que des lessives supplémentaires…
  • Les évolutives c’est bien parce que tu ne dois pas refaire ton stock tous les 6 mois, mais au début ça fait de grosses fesses, et c’est galère pour bébé.

Anecdote : ma 2nde fille a utilisé les couches de sa sœur, dès 2 mois. Quand elle était sur le dos, son bas du dos ne touchait pas le sol car les couches étaient tellement grosses que ça lui décollait une partie du dos. Ça ne m’a pas trop plu je dois dire (ça n’a pas l’air très physiologique comme position !). C’est à ce moment que j’en ai acheté des adaptées à sa taille de la marque Hamac

A gauche : couche B’bies évolutive
A droite : couche Hamac, beaucoup plus fine !
CQFD
  • Perso, je n’utilise pas tout le temps les inserts, comme ça les couches sont toutes fines (parfois, juste un lange plié). Je le fais quand je sais que je vais la changer bientôt. C’est une des choses que j’aime le plus avec les CL : la souplesse de l’organisation (une fois qu’on en maîtrise le fonctionnement bien sûr)
  • Privilégie l’achat de couches d’occasion. D’abord parce que c’est moins cher. Ensuite parce que les absorbants gagnent en efficacité avec le temps. Enfin parce que le coût écologique de fabrication n’est pas nul, et dans une démarche écolo, mieux vaut acheter de 2nde main. J’ai acheté un lot neuf pour mon 1er enfant, car je savais que je l’utiliserai pour le suivant. Et j’en ai rachetées d’autres, d’occasion, selon mes besoins.
  • Organise bien ton « plan de travail » et ton espace de stockage des couches. Quand je range mon linge sec (jamais de sèche-linge), avant de le plier, je mets tout ce qui concerne les CL à part, comme ça je n’ai pas à chercher un insert ou un voile parmi une pile de linge quand j’en ai besoin
  • Fuites : ne pas trop serrer les couches, car cela fait l’effet d’une éponge chargée d’eau que l’on essore… Il faut laisser de la place. Pour la nuit, tu peux même déboutonner le bas du body de bébé. C’est aussi pour cela que l’on conseille de prendre une taille de vêtements au-dessus.
  • Fuites : il peut s’agir d’un voile qui dépasse de la couche, d’un gousset de la culotte mal positionné… Il y a souvent une raison technique et très simple à résoudre
  • Fuites : Regarder d’où proviennent les fuites : entre les jambes, dans le dos, devant ? Cela peut être dû à un défaut d’imperméabilisation de la culotte. Dans ce cas, tu peux réimperméabiliser avec de la lanoline (en pharmacie ou sur internet). Très efficace. En 3 ans d’utilisation j’ai réimperméabilisé les culottes 2 fois seulement.
  • Mon dernier conseil : teste, essaie, fais des erreurs, ne peste pas (trop) contre les fuites, c’est normal, c’est pas (trop) grave, et tu trouveras ce qui vous convient, à ton enfant et toi !

Au final,

Je n’ai pas voulu rentrer dans trop de détails car je pense que c’est inutile et que souvent c’est un peu « couper les cheveux en 4 ». Libre à toi de creuser, mais pour ma part je refuse que les CL me prennent trop de temps, d’énergie ou de charge mentale ! J’aime discuter de l’aspect technique, mais pas des marques ni des couleurs (il faut voir la « folie » de certaines marques : éditions limitées, nouvelles couleurs, … Ça ne m’intéresse pas). Sur le site de chaque revendeur (Hamac Paris, Maman Natur’elle, …), tu trouveras un grand nombre d’informations.

Et toi, tu utilises des couches lavables ? Qu’est-ce qui te freine à les utiliser ? As-tu trouvé « ta routine » ou est-ce que tu luttes encore avec les fuites ? N’hésite pas à me le dire en commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :