La chambre Montessori pour les tout-petits

Future maman ou maman d’un nouveau né, cet article est pour toi ! En cours de grossesse, il y a toujours un moment où la maman (parfois aussi le papa bien sûr) désire préparer l’arrivée de bébé, que ce soit en aménageant une chambre indépendante, un coin dans la chambre parentale, dans le salon… On appelle ça la nidification, en référence aux oiseaux, qui préparent consciencieusement le nid pour les futurs oisillons (c’est tendre et animal à la fois, parfait pour la fin de la grossesse 😉).

La pédagogie Montessori invite les parents à préparer un Nido (littéralement un nid, ça tombe bien) pour les nouveaux-nés et pour les bambins jusqu’aux 18 mois environ. Il est composé de 4 espaces distincts : sommeil, éveil, alimentation, et change. Selon les possibilités offertes par ton logement, tu peux décider de localiser les 4 espaces dans une même pièce ou bien de les séparer. Souvent, sans surprise, le change est dans la salle et de bain et l’éveil dans le salon.

Pourquoi le Nido ?

Le Nido offre une alternative aux chambres traditionnelles des enfants, qui en fait, sont souvent créées pour satisfaire les parents et peu les besoins des enfants : lit à barreau, décorations aux couleurs criardes, balancelle dernier cri, mobile musical, crèmes en tout genre… Pour Maria Montessori, ce type de chambre est une hérésie, et elle préfère donc le Nido. Et moi aussi ! D’une part parce qu’il s’agit d’offrir un cadre simple et sécurisé au bébé afin qu’il soit le plus libre possible de ses mouvements et cela, dès la naissance. D’autre part, parce que le Nido est évolutif et très facilement adaptable selon les espaces, les besoins de bébé puis de l’enfant, et enfin symbolise à merveille ce qu’une parentalité respectueuse des besoins de l’enfant et bienveillante peut offrir matériellement et concrètement. La particularité des chambres Montessori est leur horizontalité plutôt que leur verticalité : les meubles sont bas et accessibles par les enfants, les tableaux sont également accrochés en bas, et pas à hauteur d’adulte.

Une petite mise en garde : le budget des meubles « montessoriens » peut exploser, car certains fabricants se sont engouffrés dans le marché pour proposer des bibliothèques à plus de 300€ (oui, pour 4 planches de bois). Je t’invite à recycler des meubles que tu as déjà chez toi, à en acheter d’occasion, ou à les construire toi-même. Par ailleurs, méfie-toi de la multitude d’articles estampillés « Montessori », on y trouve tout et son contraire. Par exemple, les lits cabanes très à la mode dans les chambres Montessori ne sont en fait pas réellement montessorien.

Les 4 espaces de la chambre Montessori

1) L’espace sommeil

Les premiers mois, la plupart des parents préfère dormir avec leur bébé, soit dans le lit parental, soit un un lit co-dodo (un lit surélevé posé tout contre le lit parental), soit encore dans un couffin quelque part dans la chambre des parents. Passés ces premiers mois, de nombreux bébés vont alors dormir dans leur propre chambre. Certains parents pratiquent le co-dodo encore quelques mois ou quelques années. Dans ce cas, il y a souvent un grand lit familial, ou plus rarement plusieurs lits individuels dans la même chambre.

Dans la pédagogie Montessori, l’espace sommeil (co-dodo ou chambre séparée) préconise d’utiliser un lit au sol, sur lequel l’enfant peut grimper et descendre seul. Ainsi, quand il décide qu’il est fatigué, il va se coucher seul. Bon, ça c’est la théorie. En pratique, très rares sont les enfants qui n’ont pas besoin d’être accompagnés dans le sommeil. En général, un des parents, ou les deux, s’installe avec l’enfant pour l’endormir (lire une histoire, faire un massage… peu importe le rituel qui vous convient). Dans ce cas, un lit au sol est vraiment idéal (qu’il soit familial ou individuel) car il permet de s’allonger aux côtés de son enfant (ce qui n’est pas possible avec un lit à barreaux) et donc de quitter la pièce après endormissement sans avoir à effectuer la périlleuse danse de « je pose mon bébé dans son lit sans le réveiller ». En cas de réveil nocturne, le parent peut également s’allonger à côté du bébé pour l’allaiter, lui donner un biberon, le rendormir… et éventuellement y finir sa nuit !

Outre ce côté pratique, seul le lit au sol permet à l’enfant d’être libre et autonome relativement à son sommeil, dès le plus jeune âge, et c’est très important chez Maria Montessori. L’enfant peut alors avoir accès aux autres espaces de sa chambre, notamment les jeux, s’il n’a pas sommeil, après la sieste par exemple. C’est d’ailleurs sur ce point que de nombreux parents hésitent à installer un lit au sol, craignant que l’enfant ne dorme plus suffisamment et passe son temps à jouer. J’en parlerai dans un autre article, le sommeil de l’enfant est un sujet si vaste… Si c’est ta crainte, tu peux temporairement utiliser un lit à barreau classique ou placer le lit au sol dans la chambre parentale (où il n’y a pas les jouets).

Note : si ton enfant dort dans un lit au sol, il est encore plus important que sa chambre soit entièrement sécurisée et adaptée à ses besoins

Le lit au sol en pratique :

  • Il faut mettre un sommier (sans les pieds) sous le matelas pour l’aérer (ou des palettes, ou une planche de bois percée, ou un tatamis sous un futon), sinon, il risque de moisir.
  • Installer le lit dans un coin de la pièce pour bénéficier des murs.
  • Autant tout de suite installer un lit 90×190, qui sera utilisé plusieurs années. Dans ce cas, au début on peut délimiter un plus petit lit avec des gros coussins pour que bébé ne se sente pas « perdu » dans un grand espace.
  • Positionner un tapis moelleux en bas du matelas en cas de chute, ça sera moins froid et dur que le sol…
  • Ne pas surcharger de peluches ou de coussins, cela présente des risques d’étouffement pour le bébé et peut le stimuler à l’heure du repos.

Règles de sécurité à lire par tous les parents, quel que soit le mode de sommeil (co-dodo, lit au sol, lit à barreau) :

  • Le bébé doit dormir sur le dos tant qu’il ne sait pas se retourner seul.
  • Privilégier une turbulette ou un sur-pyjama et ne pas mettre de couverture lourde.
  • Ne pas trop chauffer la pièce dans laquelle il dort (19° c’est suffisant, oui on a l’impression que c’est froid, mais c’est ce qui convient le mieux).
  • Ne laisser personne fumer à proximité de bébé.
  • Ne pas laisser bébé dormir sur une surface trop molle (type canapé).
  • Ne pas laisser de peluches ayant des cordons ou autre dans le lit. Faire attention aux cordons des tours de lit.
  • Ne jamais attacher la tétine avec un cordon pendant le sommeil.
  • Ne jamais dormir avec son bébé en co-dodo si on a consommé de l’alcool, de la drogue ou des médicaments, voire si on a un sommeil particulièrement lourd et qu’on sait avoir du mal à se réveiller.
  • Il vaut mieux placer le bébé du côté de la maman (surtout si elle allaite) plutôt qu’entre les 2 parents.
  • Ne pas laisser l’accès à la chambre aux animaux.
  • Placer le lit contre un mur ou installer une barrière pour éviter un risque de chute (veiller à ne pas mettre d’espace entre le mur et le lit)
  • Si tu as des questions sur la sécurité de bébé lors de son sommeil, contacte ton pédiatre, on ne négocie pas avec la sécurité.

2) L’espace éveil

C’est l’espace que j’ai tout de suite adopté avec mon 1er enfant, dès ses premières semaines. L’idée est de fournir à ton bébé un espace pour les moments où il est éveillé qui soit confortable, sécurisé, et adapté à ses besoins. Que trouve-t-on dans cet espace ?

  • Un tapis d’éveil, grand, de couleur neutre, et rigide.
  • Un mobile (Montessori tant qu’à faire) accroché hors de sa portée (environ 30 cm au-dessus de lui).
Les mobiles Montessori ont plusieurs qualités : 1) ils sont adaptés aux capacités des bébés (couleurs, contrastes…), 2) vu d’en dessous (donc ce que voit bébé) ça ressemble à ça (de nombreux mobiles classiques sont en fait très beaux, mais seulement vus depuis la perspective de l’adulte), 3) ils sont très jolis (perso, je m’en sers de décoration maintenant)
  • Quelques jouets adaptés à son âge autour de lui, d’abord à portée de main, puis légèrement plus loin pour l’inciter à bouger. Pas trop de jouets, un ou 2 suffisent (oui) (pas besoin de se précipiter dans les magasins de jouets). Un bébé ne s’ennuie jamais.
  • Un miroir (incassable) solidement fixé au mur. C’est un élément important : les petits adorent les miroirs car ils découvrent leur propre corps, mais aussi il permet de ne pas être surpris quand quelqu’un arrive dans la pièce.
  • Tu peux ajouter une barre horizontale (type barre de danse) pour inciter ton enfant à se mettre debout.
  • Un ou 2 tableaux accrochés à sa hauteur (= au ras du sol).
  • Quand il grandit, un gros coussin rigide pour l’aider à se mettre à genoux puis debout.
  • Une étagère basse sur laquelle les jouets du moment sont rangés (voir mon article sur la rotation des jouets), faciles d’accès. Ranger avec son enfant consiste bien sûr pendant de longs mois à le faire à sa place, mais en lui montrant, puis à le faire avec lui, puis à le guider par la voix, puis à superviser d’un coin de l’œil, puis (enfin) à ne plus surveiller (le graal).

A la maison, chacune de nos fille a eu cet espace dans leur chambre pendant de longs mois, elles y ont passé beaucoup de temps, nous aussi, elles y ont fait des siestes, on y a lu des histoires… Ça doit vraiment être un lieu agréable, apaisant et confortable. Lors des premiers mois, environ jusqu’à 12 mois, nous avons aussi placé un grand tapis dans le salon, pour reproduire ces espaces d’éveil et de motricité libre, avec une étagère de jeux. Ensuite, nous avons enlevé ce grand tapis puisqu’elles préfèrent jouer soit sur le canapé, soit sur la table, soit par terre (mais l’espace jeu auparavant délimité par le tapis est « gravé » dans leur mémoire).

3) L’espace alimentation

Dans la chambre du bébé, il est très agréable d’avoir un bon fauteuil, ou une banquette, pour s’y installer et nourrir son bébé. Que ce soit au sein ou au biberon, le repas est un moment de calme et de connexion entre le parent et son bébé, et se prolonge par des câlins, voire une sieste dans les bras. Alors, mieux vaut être confortablement installé-e ! On peut aussi mettre à côté une petite table avec un verre d’eau (pour la maman !), un lange, une couverture pour les siestes partagées, une petite lumière douce pour les tétées-biberons nocturnes, bref, tout ce qui te permet de passer un moment agréable.

4) L’espace change

Le dernier espace de la chambre Montessori est l’espace du change et de la toilette de bébé. Tout devrait être conçu pour favoriser son autonomie : un matelas à langer posé par terre, une étagère à vêtements accessible… Personnellement, je n’ai jamais changé mes enfants par terre (sauf en vacances, en voiture… bref) et avec 2 enfants en bas âge, mon dos me remercie, parce que franchement ça n’est pas physiologique pour nous de le changer par terre. Alors, oui, mon enfant ne va pas seule sur la table à langer pour être changée, mais ce « sacrifice d’autonomie » ne me pose aucun problème ! Il faut savoir aussi se simplifier la vie, et prendre soin de son dos ! Pour en savoir plus sur notre espace de change, tu peux consulter mon article sur la salle de bain minimaliste.

Par contre, je trouve que mettre ses vêtements à sa disposition est une grande source d’autonomie pour un enfant. Ma fille de 16 mois va chercher ses chaussettes le matin, les met au sale le soir, et celle de 3 ans choisit intégralement ses vêtements (et oui, parfois j’ouvre des yeux tout rond en voyant ce qu’elle choisit, mais ce n’est pas grave, c’est son choix. Parfois, je guide un peu… quand on doit voir de la famille… ils ne sont pas toujours prêts pour ses choix vestimentaires audacieux !!).

Au final…

Tu en penses quoi de cette chambre Montessori ? A quoi ressemble la chambre de tes enfants ? Ça te donne envie de changement ? N’hésite pas à me laisser un commentaire pour me raconter …

3 réflexions sur “La chambre Montessori pour les tout-petits”

  1. Martine à la plage

    Perso j’ai très envie d’adopter l’espace de change ay sol. Mais effectivement est-ce viable pour notre dos ? Je vais voir ce qui se fait en la matière comme installation maison.

    1. Super initiative, n’hésite pas à faire un retour. Pour protéger ton dos, au moment de s’assoir et de se redresser, un conseil de ma coach de sport préférée : on descend et on remonte en fente 🙂 Et on garde le bébé le plus collé à soi, à sa poitrine (histoire de garder un centre de gravité par trop dispersé) !

  2. Ping : Cododo, lit à barreaux et lit au sol : que choisir ? – Une enfance au naturel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :