Comment endormir mon enfant à l’extérieur ?

L’été est bien là, et tu es peut-être en vacances avec tes enfants ! Si c’est le cas, j’imagine que ton mode de vie est différent du reste de l’année. Aujourd’hui, dans cet article du dossier spécial sommeil de l’enfant, je voudrais parler de l’endormissement de l’enfant en dehors de son cadre habituel. Tu te demandes peut-être s’il est bien raisonnable d’aller au restaurant avec des enfants en bas âge ? Tu te préoccupes de savoir comment et où ils vont dormir ? Tu es invité chez des amis ou à un mariage et tu angoisses déjà en te disant que ça va être la galère de faire dormir ton enfant ? Tu te dis qu’une sieste en poussette ne doit pas être bon pour son dos ?

Si tu t’es déjà posé une de ces questions, lis la suite, tu y trouveras plein d’informations sur le sommeil de l’enfant en extérieur !

1. Tu as peur que ton enfant ne dorme pas assez pendant ses siestes en vacances ?

Un déjeuner au restaurant, une promenade en début d’après-midi… il y a plein de raisons qui font qu’en vacances, ton enfant risque de ne pas pouvoir faire sa sieste comme d’habitude (dans son lit, dans votre lit commun…), et donc de moins dormir. Et tu te demandes si c’est grave ?

Une des grandes préoccupations des jeunes parents (et des moins jeunes) est de se demander si son enfant est « dans la norme », en terme de sommeil, d’éveil, d’apprentissages… Question sommeil, il faut déjà savoir que l’équilibre se fait sur plusieurs jours. Pas de panique si un jour, une ou 2 siestes sont beaucoup plus courtes, si la nuit a été quasiment blanche (c’est rarement le cas pour l’enfant, mais c’est le ressenti du parent 😉 ), les besoins de sommeil s’équilibrent et se lissent sur plusieurs jours.

Pour se rassurer, voici un tableau tiré du livre Un sommeil paisible et sans pleurs :

Tiré de Elizabeth Pantley, Un sommeil paisible et sans pleurs, 2002.

Quelques explications de ce tableau. Il s’agit des besoins moyens en sommeil. Il existe des petits et des gros dormeurs ! Parfois aussi, une micro-sieste de 20 minutes passe presque inaperçue à nos yeux, ça ne veut pas dire qu’elle n’existe pas.

Rassuré-e ? Il y a de fortes chances que ton enfant dorme suffisamment !

2. Tu as peur qu’il ne dorme pas bien

Ton enfant s’est endormi dans sa poussette, son cosy, un transat, en écharpe, dans tes bras… et tu te dis qu’il serait plus à l’aise dans son lit ? Et en même temps, sortir un enfant d’une poussette ou d’une écharpe de portage pour le poser dans un lit risque de le réveiller. Sacré dilemme non ?

Plusieurs solutions heureusement 🙂

a) Le laisser dormir là où il est ! Même semi-assis dans une poussette. Peu importe, pour quelques minutes ou 1 heure, ça n’est pas bien grave.

b) Oui mais s’il s’est endormi dans tes bras ou en écharpe, tu voudrais peut-être récupérer tes bras pour, pourquoi pas, manger avec tes 2 mains (oh le luxe) ou même aller prendre une douche (le rêve). S’il est tout petit, tu peux le porter avec un lange et quand tu le poses, avec le lange, il conserve ainsi ses repères olfactifs. Victoire ! (pense à bien sécuriser les bords du lange quand tu le poses).

c) Voici LA méthode pour poser un enfant qui dort dans tes bras (ou en écharpe). D’abord, tu attends qu’il dorme profondément (tu guettes sa respiration, elle doit être plus lente et profonde), puis tu vas le poser. Prends ton temps ! Ne le décolle pas d’un coup sec de la chaleur de ton corps (oui, même avec la canicule), vas-y progressivement, en continuant à le bercer, et relâche la pression doucement. Quand tu le poses, ne le lâche pas, et continue à le bercer une fois posé (une main sur le bas du ventre, tu le berces). Ensuite tu gardes juste la main sur son ventre et tu relâches la pression petit à petit. Au moindre signe d’éveil, remets de la pression et berce-le doucement. Promis, c’est plus long à expliquer qu’à faire. En écharpe, l’étape supplémentaire est de bien desserrer l’écharpe pour l’en sortir, mais ça ne change pas grand-chose, il faut juste veiller à y aller progressivement car le maintien est très grand dans l’écharpe et si tu vas trop vite, il risque d’avoir la sensation de « tomber », et là c’est le réveil assuré 🙁

3. Quand tu es invité-e à l’extérieur ou que tu reçois chez toi, tu ne sais pas trop comment gérer le coucher ?

Je me souviens que les premiers mois, notre 1er enfant nous suivait partout : au restaurant, à des mariages, chez des amis… et on ne se souciait jamais du coucher. Elle n’avait pas encore nos rythmes de vie (et de sommeil), et elle faisait des siestes partout.

Et puis, assez rapidement finalement, son papa et moi, on a bien aimé lui procurer les mêmes conditions de sommeil qu’à la maison, partout où on allait. Alors, oui, terminés les resto le soir (on y allait le midi du coup !), et on a privilégié les dîners à la maison ou chez des amis. On couchait notre fille environ à la même heure, avec un rituel un max identique, même chez les autres (et même pendant un mariage). Beaucoup de nos amis avaient aussi des enfants, ça aide à ne pas culpabiliser de s’absenter 30 minutes au moment de l’apéritif.

Oui, c’était galère pour moi aussi de lancer le rituel au moindre signe de fatigue de ma fille, mais je n’ai jamais regretté de le faire. Les couchers se sont toujours super bien passés, peu importe l’endroit où nous étions. Je crois vraiment que la clé est d’observer son enfant et de ne pas laisser passer son heure de sommeil, sinon tout le cycle est raté et il faut attendre le suivant (et se coltiner un enfant fatigué mais incapable de s’endormir…).

Cela dit, ce n’est pas une science exacte de coucher un enfant (!), et parfois c’est bien évidemment plus facile et agréable de garder notre enfant avec nous, en écharpe, ou tout collé à nous, plutôt que de lui imposer une séparation dont il n’a pas envie, dans un endroit qu’il ne connaît pas, quitte à rentrer à la maison plus tôt…

Astuce : Un des problèmes de coucher un bébé chez des amis est qu’il se retrouve dans un endroit inconnu, hors il a besoin de repères et de sécurité pour se laisser aller à dormir. Une bonne idée qui marche très bien est de lui montrer sa chambre (pas au moment du coucher, mais avant) pour qu’il se familiarise déjà avec l’endroit. Et bien sûr, de lui apporter, s’il en a, quelques objets qui le rassureront (sa boîte à musique, sa lampe, ses doudous, le drap de la maison avec son odeur…).

4. Ton enfant est endormi chez des amis et il faut rentrer. On fait comment maintenant ?

Youpi ! Ton enfant est endormi, mais si tu n’as pas prévu de dormir chez tes amis, il va bien falloir réveiller l’enfant, ranger le lit parapluie, aller dans la voiture (lui mettre un pull, des chaussettes… sans le réveiller…), puis le recoucher à la maison…

Bon, alors là… C’est l’épreuve ultime ! Au bout de plusieurs fois, tu vas vite comprendre : soit c’est gérable car ton enfant est resté à moitié voire complètement endormi, soit ça a été la galère totale de le réveiller en pleine nuit puis de le rendormir. Je pense que les conclusions se tirent toutes seules 🙂

Info perso : A l’arrivée de notre 2ème fille, on a renoncé aux dîners le soir chez des amis, on part après l’apéritif ou on reste dormir sur place. Car elle n’aime pas du tout être réveillée en plein sommeil, alors on respecte 🙂

Au final…

Parfois on appréhende les sorties le soir avec des jeunes enfants en prévision du coucher. Je pense qu’il y a vraiment deux façons complémentaires de voir les choses. Soit on recrée des conditions les plus proches possible de la maison et on garde le « rituel » habituel, soit on se dit que de temps en temps, notre enfant est aussi bien avec nous, et qu’il s’endormira dans nos bras s’il est vraiment fatigué, et que le principal est qu’il soit en sécurité (affective) avec nous. Pas de jugement, chacun-e fait selon son ressenti et ses propres besoins.

Dis-moi, dis-nous, en commentaires comment tu gères les couchers quand tu n’es pas chez toi, ou que tu reçois des gens à la maison ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :