Mon bébé se réveille la nuit : comment gérer les réveils nocturnes ?

Ça y est, ton enfant est endormi. Mais il va se réveiller plusieurs fois dans la nuit (voir l’article sur les cycles de sommeil chez l’enfant) et t’appeler à grand renfort de cris ! Dans cet article, je voudrais partager des informations et des conseils sur ces très fréquents réveils nocturnes qui épuisent souvent le parent.

1) Les réveils nocturnes sont normaux

Tout d’abord, je partage une information capitale. Un bébé se réveille plusieurs fois par nuit, entre chaque cycle de sommeil (qui dure entre 50 et 90 minutes), donc si ton bébé ou ton bambin se réveille 6 ou 8 fois par nuit : c’est normal. On arrête donc de chercher une solution pour qu’il ne se réveille pas !

Les réveils nocturnes sont normaux, c’est un fait. Chez les grands enfants et chez les adultes aussi. Ce qui change en grandissant, c’est 1) il y a de moins en moins de réveils à mesure que les cycles rallongent, 2) l’enfant est devenu autonome et se rendort seul. C’est donc sur ce 2ème point qu’on peut intervenir.

2) Comment un bébé acquiert de l’autonomie en matière d’endormissement ?

« Le sommeil du bébé s’organise à l’intérieur de la relation parent-enfant »

Breil et al., 2010*

L’autonomie de s’acquiert pas du jour au lendemain, et d’ailleurs on ne peut pas « l’enseigner » à notre enfant, c’est une acquisition qu’il va faire, au même titre que la marche. Cela veut dire qu’on ne peut pas apprendre à notre enfant à s’endormir. S’endormir est un lâcher-prise, et il faut donc se sentir suffisamment en confiance, affectivement et physiquement, pour s’endormir, et a fortiori, pour se rendormir.

Les problématiques de l’endormissement au moment du coucher se retrouvent à chaque réveil nocturne : besoin d’être rassuré, câliné, entendu… Au fil du temps, lorsque le bébé (puis l’enfant) se sent rassuré il aura moins, puis plus du tout, besoin de notre présence physique pour le prendre dans nos bras. En attendant… on berce, on rassure, on nourrit…

3) Quel « rituel » en cas de réveil nocturne ?

Je tiens à préciser à nouveau qu’il n’existe aucune méthode magique en ce qui concerne le sommeil des bébés, et qu’il faut garder en tête que les bébés et les bambins ont besoin d’être accompagnés pour se rendormir. Voilà ce qui est possible de faire pour que ces réveils inévitables (on ne le dis jamais assez !!) se déroulent dans le plus de sérénité possible.

Au début, tu prends ton enfant dans tes bras pour le bercer (d’ailleurs, comment résister à l’appel d’un bébé ?!), qu’il sache que son besoin de contact a été entendu. Tu lui donnes le sein, un biberon, la tétine… Tout ce qu’il faut pour qu’il soit bien. Il se rendort de sa manière « habituelle » (au sein, dans les bras, avec une chanson douce, des caresses…).

Quand il dort profondément (il pousse un grand soupir, une grande respiration), tu peux attendre 5 minutes, puis le poser dans son lit et sortir normalement de la chambre (ou tout simplement fermer les yeux si tu es en cododo 🙂 ). Et tu répètes ce petit rituel à chaque réveil, aussi souvent que nécessaire. C’est fatiguant, mais c’est temporaire et normal. Ça va passer (oui, je sais que c’est dur d’y croire quand on a « la tête dans le guidon »).

4) Raccourcir les réveils nocturnes

La fréquence des réveils nocturne est hors de notre contrôle… Par contre, bonne nouvelle, on peut agir sur leur durée !

Après avoir suffisamment rassuré ton bébé sur le fait que tu seras toujours là quand il se réveille (je ne peux pas donner d’âge auquel cela arrive, ça dépend de chacun-e), tu peux commencer à raccourcir le rituel de rendormissement nocturne (et c’est la même chose pour la sieste). Au lieu de le prendre dans tes bras, tu peux par exemple t’allonger à côté de lui (si c’est possible) sinon, poser une main sur son ventre. Si ça ne le calme pas, n’insiste pas, il a besoin de tes bras, donnes-les-lui, et retente quelques jours plus tard. Lors des réveils nocturnes, si ta main suffit à le rassurer, conserve ce rituel pendant quelques jours, une semaine ou 2. Ensuite, tu peux simplement te mettre à côté de lui, sans le toucher. Si ça ne lui convient pas, repose ta main sur lui pour le rassurer. Il faut aller à son rythme, c’est ton bébé qui va donner le tempo. Si tu as l’impression qu’au bout de 3 semaines, il réclame toujours les bras, c’est qu’il en a besoin (et ne lui propose pas autre chose, prends-le tout de suite dans tes bras), et un jour (peut-être aujourd’hui), retente simplement de lui poser une main sur le ventre, et « comme par miracle » ça lui suffira (et accorde lui le droit aussi à vouloir à nouveau les bras du jour au lendemain…). La clé est d’y aller progressivement et de lui donner ce dont il a besoin au moment où il en a besoin.

5) Sevrage doux sein-pouce-tétine

Et s’il s’endort au sein, en suçant son pouce ou une tétine ? Tu voudrais que ton enfant n’ai pas besoin d’être toute la nuit au sein, ou qu’il suce son pouce ou une tétine toute la nuit : tu peux doucement le sevrer.

Cette information ne plaira pas à tous les parents qui y verront une VEO (violence éducative ordinaire) car il s’agit d’induire un sevrage non initié par le bébé. Ok, j’assume. Je diffuse quand même l’info !

Endors-le de la manière habituelle (au sein, avec une tétine ou son pouce). Avant qu’il ne soit totalement endormi, retire délicatement ton sein-la tétine-son pouce. S’il se réveille, redonne-lui tout de suite. Attends encore un peu et à nouveau retire le sein. Tu répètes l’opération jusqu’à ce qu’il s’endorme. Et cela, à chaque endormissement, même en pleine nuit. Oui, c’est de l’effort pour toi car tu dois rester éveillée encore plus longtemps pour lui retirer le sein et t’assurer qu’il s’endorme, mais c’est un sevrage doux, respectueux de ses besoins (car tu lui redonnes le sein ou la tétine dès qu’il manifeste un besoin) mais en même temps, il ne prend pas l’habitude de téter dans son sommeil.

Bonus : Quelques astuces personnelles

  1. Il faut être convaincue qu’en posant simplement ta main sur son ventre tu vas lui donner suffisamment d’affection et de réassurance. Si toi-même tu penses qu’il a besoin de tes bras, c’est peut-être que toi aussi tu en as besoin.
  2. Ne brusque jamais son rythme. S’il veut les bras, offre-lui tes bras (sans passer par la phase « je tente une main sur son ventre »)
  3. La nuit, essaie de ne pas parler, ou alors simplement les mots du sommeil « Shh » « dodo »…
  4. Essaie de créer un environnement silencieux, lumière éteinte (ou une toute petite veilleuse si besoin). Si la couche doit être changée, évite d’allumer la grande lumière de la salle de bain. Tu peux prévoir de quoi changer ton bébé dans sa chambre.
  5. Pour le sevrage sein-tétine-pouce : je parle du fait de ne pas passer la nuit avec une tétine, pas de se passer de la succion qui est un besoin pour les bébés. Je te conseille de commencer quant tu te sens prête, ce n’est sans doute pas ta priorité si tu manques de sommeil. Et tu peux commencer par les siestes…

Au final :

Il n’existe aucune méthode miracle pour que ton enfant ne se réveille pas la nuit. Il faut du temps et un accompagnement bienveillant.

Tu avais déjà pensé à mettre en place un rituel pour la nuit ? Comment ça se passe ? As-tu déjà tenté le sevrage sein-pouce-tétine ? Partage ces info en commentaire.

Retrouve mes autres articles sur le sommeil de l’enfant ici

*Retrouve les références en bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :